Résidence-Laboratoire "Frequencies of gesture", Andrea Giomi et Martina Zena, MACI - Grenoble

Du  9 mai 2019 au  17 mai 2019

Andrea Giomi (Post-doctorant, Performance Lab, UGA) et Martina Zena (Dessinatrice et performeuse italienne, diplômée en peinture et spécialiste en graphisme à l'Académie des Beaux-Arts de Bologne) seront en résidence à la Maison de la Création et de l'Innovation (Université Grenoble-Alpes) du 9 au 17 mai 2019 dans le cadre du workpackage Gestures and Frequencies.


Contexte

La capture et l’analyse du mouvement sont considérées actuellement comme des outils efficaces pour comprendre nos interactions kinesthésiques, cognitives, symboliques et affectives avec les environnements à la fois humains et non humains. De plus, l’optimisation récente des techniques de sonification et de visualisation en temps réel nous permet aujourd’hui de transformer le geste, capté et numérisé, sous forme de trace multimodale et incarnée. Par cela, les gestes deviennent littéralement des fréquences qui résonnent à travers des matières sensibles diverses.
Comment les fréquences du geste peuvent-elles être transférées d’un domaine sensoriel à un autre ? De quelle manière les traces, sonores ou visuelles, créées peuvent-elles évoquer des mouvements absents (ou non plus présents) ? Dans quelle mesure ces artefacts sensibles permettent-ils de prendre conscience, ou bien de repenser, le mouvement d’origine ?

Un projet de recherche-création

Le travail proposé par Martina Zena (performeuse et dessinatrice) et Andrea Giomi (artiste sonore et designer interactif) essaie d’explorer les façons dont les répertoires gestuels peuvent être capturés et recréés sous forme de données somatiques et situées. Dans ce but, ils expérimenteront avec des médias physiques, aussi bien que numériques, permettant la transformation du geste dans des traces à la fois tangibles et éphémères.
En exploitant des techniques mixtes – allant du dessin à la captation du mouvement et à la sonification en temps réel – ils souhaitent expérimenter la manière dont les fréquences du geste peuvent être re-matérialisées, soit sous forme d’écho sonore, soit sous forme de signe visible. En suivant ce paradigme du geste comme fréquence, ils visent à apporter une approche incarnée et multimodale de la médiation technologique.
En particulier, leur but consiste à montrer comment l’utilisation de ces techniques de médiation (sonification et visualisation) leur permet de détourner l’attention du spectateur/auditeur vers des qualités du geste qui ne seraient autrement pas perceptibles. En mettant en question la relation binaire entre physique et éphémère, entre présence et absence, la trace (à savoir la fréquence audible et visible du mouvement) les aide à redéfinir la géographie sensorielle du geste.
Une performance live sera présentée comme rendu de ce processus de recherche-création.

 

Résidence / Laboratoire

La recherche-création s’articulera sous forme de résidence artistique et de laboratoire ouvert. Le processus se déroulera en deux parties dans les locaux de la Maison de la Création et de l’Innovation.
La première partie se développera sur six jours, du 9 au 16 mai, qui seront consacrés à l’expérimentation in situ de techniques de sonification et de visualisation du geste permettant d’aboutir à une brève performance basée sur l’utilisation du dessin, du son et du mouvement. Une journée sera consacrée tout particulièrement à la capture du répertoire gestuel avec un équipement de haut niveau. Les sessions de travail seront ouvertes aux chercheurs du Performance Lab qui pourront ainsi interagir avec le processus de création en cours.
La seconde partie, le 17 mai, sera une sortie de résidence publique au cours de laquelle nous présenterons, sous forme de performance et d’atelier, les résultats de notre travail. Cette présentation s’inscrira dans le cadre des journées d’étude organisées par le Performance Lab.

Pour en savoir plus : andrea.giomi@univ-grenoble-alpes.fr
 

Publié le 9 mai 2019